Votre navigateur n'est pas assez récent pour une utilisation optimale du site, vous pouvez le mettre à jour en suivant le lien suivant : browsehappy.com
En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies

L’histoire et les origines de l’établissement

Création de l’école

L’École Sainte Marie fut créée au mois d’octobre 1892, en vue de compléter le cours d’études commencé à l’Institution Sainte Marie de la rue de Mirail.Cette institution avait été ouverte dans la rue des Menuts, en 1819, par les premiers disciples du Père Chaminade, deux ans après la fondation de la Société de Marie. Mais, dès l’année scolaire 1823-1824, le local de la rue des Menuts se trouvant insuffisant, les Marianistes firent l’acquisition de l’hôtel de Razac, 41, rue du Mirail, et s’y installèrent.

L’institution, abandonnée en 1835, fut reprise par la société en 1874, mais le cours de ses études fut limité à la « quatrième «. Sur les pressantes instances des parents, la Société de Marie consentit à accorder le plein exercice à l’institution Sainte Marie et, comme l’établissement de la rue du Mirail ne pouvait se prêter à ce développement de l’oeuvre, il fallut songer à un emplacement nouveau.

Le Domaine Grand Lebrun

Une société civile, fondée à cet effet, fit l’acquisition, en 1894, du beau domaine de Grand Lebrun, sis sur la commune de Caudéran, et y fit construire les immeubles destinés à la nouvelle Ecole. On utilisa d’abord la charmante habitation existante, agrandie en toute hâte. Le 10 novembre 1896, Son Eminence le Cardinal Lecot bénit solennellement la première pierre du collège.

Sous la direction de M. l’abbé Bernard, l’Ecole prit rapidement un bel essor, jusqu’au 20 juillet 1903, date à laquelle les Marianistes durent partir par suite de l’application des lois sur les Congrégations.

Heureusement la Société civile immobilière, propriétaire de Grand Lebrun, assura la continuation de l’oeuvre entreprise. Elle confia la Direction de l’école à M. Gustave Vallat, docteur ès lettres, examinateur à la Sorbonne, assisté de M. l’abbé Arnould, ancien élève de l’école Polytechnique.

En 1906, à la mort de M. Vallat, M. l’abbé Arnould, marianiste, devint Directeur. Des prêtres marianistes vont se succéder à la tête de l’établissement durant près d’un siècle, jusqu’en 1992, date à laquelle la direction de l’institution est à nouveau confiée à un laïc. Toutefois, la communauté marianiste est toujours présente et active à Grand Lebrun.

Quelques repères chronologiques…

  • 1784

    Philippe LEBRUN, Receveur Général des Finances de Guyenne, propriétaire d’un vaste domaine, y fait construire un splendide pavillon sur les plans de l’architecte Victor Louis. Cette propriété est identifiée sous le nom «les Charmilles» .

  • 1824

    Le Père Joseph-Guillaume CHAMINADE,fondateur des Marianistes achète à Bordeaux, au 44 rue du Mirail , l’hôtel de Razac.

  • 1825

    Les Marianistes, sous la direction du Père LALANNE, ouvrent rue du Mirail leur premier collège, qui prend le nom d’ « Institution Sainte-Marie «. En fait, dès 1819, soit 2 ans après la fondation de la Société de Marie, les disciples du Père Chaminade avaient ouvert une première école rue des Menuts, dans des locaux devenus rapidement insuffisants, d’où l’acquisition de l’Hôtel de Razac. Celle-ci, abandonnée en 1835, fut reprise par la Société de Marie en 1874, mais le cours de ses études fut limité à la «quatrième».

  • 1894

    Après avoir envisagé un moment d’acheter le Parc Bordelais (finalement vendu à la ville de Bordeaux), les Marianistes, trop à l’étroit rue du Mirail, achètent à
    Monsieur Cyprien BALARESQUE, par l’intermédiaire d’une société civile immobilière, le do maine de Grand-Lebrun , sis sur la commune de Caudéran. En Octobre, ils accueillent dans les bâtiments existants les 120 premiers élèves de cinquième, quatrième, troisième et seconde.

  • 1903

    La Société de Marie quitte Grand Lebrun

  • 1910

    Retour progressif des Marianistes.

  • 1918

    Grand-Lebrun est réquisitionné par l’armée française.
    Elle en fait un hôpital militaire

1944 - 2000 : les années - croissance

Depuis la guerre, Grand-Lebrun a vu la courbe de ses effectifs s’accroître de manière très sensible : de 250 élèves pendant la guerre, ils sont passés à 450 en 1950, 1040 en 1960, 1620 en 1974 et à près de 2 150 à la rentrée 1999. Certes, on peut invoquer les conséquences de la reprise démographique d’après guerre, mais il y eut aussi celles des loi Barangé en 1951 et Debré en 1959 (Contrat d’Association avec l’Etat) sans oublier l’introduction de la mixité au niveau des élèves en 1977.

Face à cet afflux, Sainte-Marie Grand-Lebrun, a connu bien des transformations

Citons parmi les réalisations les plus significatives :

  • 1963

    Construction du bâtiment réfectoire-cuisine-logements des religieux.

  • 1964

    Construction de la Chapelle Notre-Dame des Grâces.

  • 1968

    Construction du bâtiment des 4° -3° .

  • 1974

    Construction du gymnase «Pierre AMIET».

  • 1983

    Construction des ateliers de technologie.

  • 1984

    Construction du bâtiment Chaminade (nouveau Lycée).

  • 1991

    Restructuration de l’ancienne salle de sport : création de l’amphithéâtre J.B. Lalanne et du C.D.I. Construction du bâtiment Adèle de Batz (classes préparatoires).

  • 1993

    Restructuration du stade et construction de la nouvelle piste d’athlétisme.

  • 1994

    Restructuration du stade et construction de la nouvelle piste d’athlétisme.

  • 1995

    Remise en conformité du Petit Collège et réfection des cours de récréation.

En 1994, Sainte-Marie Grand-Lebrun a fêté ses 100 ans d’existence à Bordeaux-Caudéran. L’institution ambitionne toujours pour l’avenir, sous la conduite de Marie et à la lumière de l’inspiration du Père Chaminade (fondateur des Marianistes), d’annoncer Jésus-Christ, d’en vivre à travers l’éducation et de travailler à l’épanouissement harmonieux de la personnalité de chacun des élèves qui lui sont confiés.